BLOGIRAQ ET DU PROCHORIENT

Pour comprendre la guerre en Irak et éviter l'Islamophobie galopante - To understand the war in Iraq and to avoid Islamophobia - Each post is in French with an English version -

Monday, March 27, 2006

IRAQ : THEY DO NOT BELIEVE IN IT ANYMORE

Comme les chaines de télévision de ce bas monde ne donnent jamais la parole à des Irakiens, il est difficile de savoir ce que pense le peuple soumis à trois ans de carnage. Mais si par chance vous en rencontrez ou découvrez leur témoignage, leur propos est confondant.

Mr Zeyad Alawan, un docteur de Bagdad âgé de 30 ans, se dit convaincu par le carnage dont il est le témoin dans sa ville natale que la seule solution pour survivre est la fuite par n'importe quel moyen possible : "Je n'ai tout simplement, dit il, aucune envie de me faire occire par un analphabète habillé d'un treillis noir qui lui couvre la tête et le visage, par un membre des Milices en uniforme de police, par un jeune GI Texan qui a perdu la tête ou par un Islamiste barbu venu du fin fond du Yemen ou d'Arabie."

Ainsi après trois années de "libération" par les troupes américaines, la seule opportunité laissée aux Irakiens est de fuir leur pays ou de se faire zigouiller par un criminel, un fanatique ou un GI qui ne sait plus pourquoi il est en Irak et tire à tort et à travers. La politique arabe de Mister George Bush est à l'évidence un immense succès populaire en Irak. Et quand j'entends aujourd' hui encore Donald Rumfeld déclarer à la TV que "les choses s'améliorent en Irak" mais que les USA souffrent d'un déficit de communication, je me demande si ce type ment, est aveugle ou est incompétent. Ou les trois.

Selon le Tribunal BRussels, composé d'intellectuels sur le mode du tribunal Bertand Russels du temps du Vietnam, des centaines de professionnels irakiens, dégoûtés, apeurés ou menacés, ont quitté le pays depuis trois ans : le tribunal a même publié la liste de plus de 100 universitaires, chercheurs ou docteurs qui ont perdu la vie sans aucune raison en Irak depuis 2003.

Aucune chaine de TV occidentale n'a jamais fait écho à ces massacres. La couverture par les medias occidentaux de ce qui se passe réellement en Irak est au mieux une blague, au pire une tragique démonstration d'inertie ou de propagande. Un chargé de communication pour l' United Nations Development Programme (UNDP) à Bagdad, Farouq X... (1) a récemment déclaré : "J'ai vécu ici durant la guerre contre l'Iran et à travers deux guerres du Golfe. J'ai été le témoin de 13 éprouvantes années d'embargo et de sanctions économiques. Mais ce qui se produit de nos jours en Irak surpasse de loin tout cela."

Bush a encore une option : faire comme ces malheureux Irakiens. Quitter le pays.

(1) Le nom véritable est gardé secret pour raisons de sécurité

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Zeyad Alwan, 30, a doctor in Baghdad, says the carnage in the city has convinced him he must leave by any means possible : "I simply don't want to get killed by an illiterate, black-clad slum dweller, or a militiaman dressed in police uniform, or a young confused soldier from Texas, or a bearded fundamentalist from Yemen or Saudi Arabia," he said Sunday 26th of March to Aljazeera TV.

So after three years of "liberation", it is all the opportunity left over to the Iraqi people : to leave or to get killed by a criminal or an idiot who does not know what he is doing or why he is there. President Bush policies are obvioulsy a great success. And when we hear, as we did today again, Mister Rumfled telling us that "things are getting better" but that the US are suffering from a communication deficit (he talked about a D in communication skills), I wonder whether Mr Rumfeld is blind, a liar or an imbecile.

BRussells Tribunal, a committee of intellectuals and artists established in the tradition of the 1967 Vietnam War crimes Russell Tribunal, says hundreds of Iraqi professionals have been killed in Iraq since 2003 : it has published a list of 130 scientists, doctors and academics killed in the past three years.

But no Western TV ever mentions that. The coverage of the Iraq war by the TV channels is a joke, a lie or a disgusting feat of American propaganda. A communications officer for the United Nations Development Programme (UNDP) in Baghdad, Farouq X... said recently : " I lived through the Iraq-Iran war along with the two Gulf wars. I witnessed 13 years of crushing economic sanctions affecting everyone around me. But what's happening in Iraq now has, by far, surpassed that."

So the only way out of this terrible mess created by George Bush is "Good Bye Iraq or die". Mister Bush has still a decent thing to do : to withdraw the US troops.

0 Comments:

Post a Comment

Links to this post:

Create a Link

<< Home