BLOGIRAQ ET DU PROCHORIENT

Pour comprendre la guerre en Irak et éviter l'Islamophobie galopante - To understand the war in Iraq and to avoid Islamophobia - Each post is in French with an English version -

Friday, March 24, 2006

ISRAEL : LES ELECTIONS OUBLIEES

DERNIERE HEURE. Olmert a gagné. S'il met en oeuvre le programme du parti, quelque 60.000 colons de la Rive Occidentale du Jourdain seront affectés par la décision unilatérale de retrait.
****
A quatre jours des élections législatives israéliennes à la Knesset, la presse occidentale, aussi bien américaine qu'europénne, est largement indifférente à la question. Pourtant, le successeur d' Ariel Sharon sortira des rangs du parti vainqueur et une fois encore l'avenir des relations israélo-arabes en dépend. Trente partis politiques présentent des candidats.
Tout le monde donne comme gagnant des élections, le parti Kadima de l'actuel Premier Ministre par interim Ehud Olmert (cf. photo), successeur d'Ariel Sharon dont on entend encore moins parler que des élections. Le parti soutient la création d’un " second Etat dont la création même résout le problème des réfugiés, à condition qu’il ne soit pas un état terroriste". Il prévoit tout de même d'annexer Jerusalem-Est ce que les Palestiniens n'accepteront jamais.

En attendant, Ehud Olmert, ancien membre du Likoud (Centre Droit) qu'il a quitté pour suivre Sharon dans la formation du parti Kadima, est un homme inconnu du public occidental mais peu apprécié des Israéliens. On le dit arrogant, opportuniste, autoritaire, hostile à la presse, vindicatif et passablement porté sur le copinage pour ne pas dire la corruption. Elu à la Knesset à 29 ans, Olmert a notamment été ministre de la santé, deux fois maire de Jerusalem, ministre de l'industrie, responsable de grands travaux et de projets de transports collectifs. On dit aussi qu'il a une faiblesse pour le favoritisme politique et a souvent bien placé les copains du Likoud.

Mais la plus grande critique vient de la presse qui n'apprécie pas ses manières autocratiques, son comportement vindicatif, ses suspicions infondées de vouloir sa peau, ses façons de mettre en oeuvre des représailles ou encore de traiter les journalistes hostiles de "terroristes", "vampires", "criminels" ou "anti-sionistes". Toutefois, le programme assez conciliant du parti en politique extérieure semble le porter sur la vague du succès electoral. Les Israéliens aspirent à la paix et il n'est pas exclu que le Hamas, malgré ses rotomontades et sa pratique du double language, ait les mêmes ambitions.

Alors que le paysage politique d'Israel a plus changé au cours des derniers mois qu'en 20 ans, l'indifférence de l'Occident à la montée de cet homme étrange est toutefois bizarre. Il a surgi de nulle part alors que tout le monde donnait gagnant comme futur PM Shimon Peres qui a rejoint lui aussi le Kadima. Les caciques du Kadima ont fait savoir qu'ils préféraient Olmert à un ancien du Labour.

Tout observateur attentif de la vie israélienne a en effet remarqué qu'en moins d'un an, des changements majeurs sont intervenus en Israel : 1- Ariel Sharon n'est plus PM 2- Ehud Olmert est donné gagnant par un ras-de-marée électoral
qui crédite le parti de 37 ou 38 sièges sur les 120 de la Knesset 3- Shimon Peres n'est plus membre du parti Labour 4- le boute-feu Tzahi Hanegbi (1) demande le retrait des colonies de la rive Occidentale du Jourdain 5- le Hamas est au pouvoir en Palestine 6- le parti Likoud de Benyamin Netanyahou (photo ci-dessus) est très mal en point 7- sur les 30 partis en présence, 5 d'entre eux se prononcent pour le retrait des territoires occupés depuis 1967 dont deux sont purement israéliens, le Hadach (parti communiste) et le Meretz-Yahad (Gauche), les trois autres sont des partis arabes de Gauche ou Ex-Gauche.

De ce contexte totalement métamorphosé, l'opinion publique internationale semble n'être pas réellement informée. Tout a changé en Israel-Palestine en quelques mois mais, comme l'issue des élections parait ne pas faire de doute, le monde roupille et la presse occidentale somnole.

(1) La mère de Hanegbi était membre du groupe Lehi (en Hébreu, Lohamei Herut Israel, Combattants pour la libération d'Israel) formation paramilitaire terroriste qui luttait contre le mandat britannique sur la Palestine avant l'indépendance. Le groupe Lehi est notamment responsable du massacre de Deir Yassin, de l'assassinat de Lord Moyne et du Comte Folke Bernadotte. Les Britanniques le désignaient sous le nom de Stern Gang du nom de son fondateur Avraham Stern, un intellectuel d'origine polonaise qui fut abattu par les Anglais en 1942. (voir ci-contre la photo du timbre émis à son effigie en 1978 par l'Etat israélien)

0 Comments:

Post a Comment

Links to this post:

Create a Link

<< Home