BLOGIRAQ ET DU PROCHORIENT

Pour comprendre la guerre en Irak et éviter l'Islamophobie galopante - To understand the war in Iraq and to avoid Islamophobia - Each post is in French with an English version -

Thursday, March 23, 2006

QUAND L'OCCIDENT IGNORE LE PROBLEME KURDE

Les leaders européens et Mister Bush, alias President Moron (1), qui a le mot de démocratie sur le bord des lèvres, comme une grosse verrue, dès qu'il parle de l'Irak, feignent d' ignorer que les Kurdes (en majorité Sunnis) font aussi partie de cette région mouvementée et que plus de 15 millions de Kurdes vivent en Turquie, cette militarocratie supportée par Washington et l'Union Européenne depuis des décennies.

Car le régime policier qui (sé)vit à Ankara est en train de poursuivre de sa haine près de 50 intellectuels kurdes turcs et notamment un Monsieur Fatih Tas, éditeur en 2006 d'un livre écrit en 1997 par l'Américain John Tirman, professeur au MIT, sur les relations américano-turques. Cet ouvrage -trop véridique pour ne pas faire de peine- a eu le (mal)heur d'irriter les petits dictateurs d' Ankara qui - à force de proclamer leurs intentions démocratiques- viennent d'être admis au processus d'adhésion au cercle européen du libre échange et de la monnaie unique, pompeusement appelé Union Européenne. En réalité, on a entamé le processus car on avait la trouille qu'en les rejetant ils deviennent encore moins démocratiques et tournent tous "terroristes", c'est à dire islamistes. Mieux vaut une bande de fachos laics, pense-t-on à Bruxelles, que des cohortes de "suicide bombers" islamistes. Surtout si Washington pousse à la roue et fournit le bon élève en ADMK (armes de destruction massive des Kurdes). Toutefois, l'accord prévoit que «en cas de violation sérieuse et persistante par la Turquie des principes de liberté, de démocratie, de respect des droits de l’homme, des libertés fondamentales et de l’état de droit sur lequel l’Union est fondée, la Commission européenne [...] recommandera la suspension des négociations d’adhésion ».

C'est à mourir de rire eu égard à ce qui se passe avec ce pauvre Fatih Tas, 26 ans, qui risque la taule et sa vie n'est qu'une longue suite de brimades et de persécutions. Non satisfait de faire ces misères aux intellectuels kurdo-turcs, le régime militaire d'Ankara a averti le monde (c'est à dire Washington) que si la ville irakienne de Kirkouk -riche en pétrole- tombait entre les mains des 3 millions de Kurdes d'Irak, il y aurait du grabuge. En effet, si les Kurdes contrôlent Kirkouk, les Kurdes d'IRak n'auront plus besoin de l'aide de certains Etats arabes -comme la Syrie qui abrite le leader du PKK Abdullah Ocalan (2)- pour proclamer son indépendance en Irak et créer un Etat kurde autonome ce qui provoquerait immédiatement un soulèvement chez leurs frères turcs. On peut s'attendre avant même d'en arriver là à une terrible répression turque en territoire kurde en Irak. Ankara n'a pas laissé planer de doutes et Bruxelles n'a rien dit.

Que Bruxelles ne dise rien, tout le monde s'en fout car personne ne se fait d'illusions sur le soutien que l'Europe -cette construction bureaucratique au ventre mou et trop plein- est capable d'apporter aux mouvements d'indépendance des minorités opprimées ou aux revendications démocratiques de courants nationalistes. Du coup, c'est Washington (qui soutient les Kurdes irakiens mais pas les Kurdes kurdistes) et ses prétentions à implanter la démocratie en Irak i se trouvent sérieusement contrecarrées : soudain, comme un coup de théâtre non prévu par le metteur en scène, le mot d'ordre démocratique valable pour l'Irak ne l'est plus pour le Nord Est du pays où se trouve l'enclave kurde et encore moins pour cette partie de la Turquie où vivent des Kurdes.

Les Turcs peuvent mettre en taule et trainer devant les tribunaux du pays une bande d'intellectuels et d'écrivains kurdes, G.W. Bush et les chefs d'Etat européens s'en moquent. Vous ne les entendrez pas, ces petits messieurs. Il ne faut pas faire de peine aux Turcs. Laissons les Kurdes se faire tabasser, jeter en taule ou simplement empêcher de faire leur boulot ! D'ailleurs, le Gal. américain Peter Pace, président du Joint Chiefs of Staff, a récemment déclaré aux Turcs que les Etats Unis faisaient tout leur possible pour éliminer le PKK, parti séparatiste kurde, qui est considéré par Washington et l'Union Européenne comme terroriste.

Cela ne vous rappelle pas le soutien insensé des Européens et des Américains à ce tyran qu'était le Shah d'Iran ? Je me rappelle encore les Fêtes de Persepolis au début des années 70 et comment tout l'Occident est allé se gauberger dans les fastes écoeurants de cette Cour rétrograde après s'être rempli les poches dans la préparation des orgies perses !! Baaaah !! L'Occident n'a pas volé les ayatollahs.

En tout cas, cela ne coûte rien, vous pouvez toujours envoyer un e-mail à l'ambassade de Turquie à Paris après avoir copié et collé ceci :"Après les Arméniens, les Kurdes !! Assez avec les holocaustes !!" De plus en plus, les manifestations et les protestations perdent de leur effet au profit de ce genre de propagande qui a le don d'irriter les nerfs des interessés au plus haut point et finit par exercer sur eux une véritable pression de tous les instants. Essayez la !

(1) Un moron aux USA est une personne "mentally challenged".
(2) Le PKK est loin de jouir du support de toute la population kurde de Turquie et d'Irak du fait de son extrêmisme et de son vague marxisme. De nombreux Kurdes le considèrent comme un parti terroriste, tout comme le font les Etats Unis et l'UE.

0 Comments:

Post a Comment

Links to this post:

Create a Link

<< Home