BLOGIRAQ ET DU PROCHORIENT

Pour comprendre la guerre en Irak et éviter l'Islamophobie galopante - To understand the war in Iraq and to avoid Islamophobia - Each post is in French with an English version -

Sunday, March 26, 2006

SADDAM HUSSEIN : LE CLOWN QUI SE PRENAIT POUR HITLER

Je conseille aux lecteurs anglophones ou parlant anglais de lire le document suivant :"Iraq Perspectives Project , a view of operation Iraqi Freedom from Saddam Hussein leadership".
Le rapport décrit l'état d'impréparation de l'armée irakienne à la veille de la guerre de 2003 ainsi que l'illusion et le mensonge permanents dans lesquels vivaient le dictateur et ses principaux collaborateurs. Il souligne aussi avec abondance l'abjecte bêtise de son fils Qusay et la peur qui régnait dans les rangs des hauts dignitaires. Un peu comme du temps de Hitler, personne n'osait contredire ou faire valoir son point de vue par peur de "disparaitre" physiquement.

Nul ne se fait plus d'illusions sur les capacités intellectuelles du personnage mais ce document montre bien à quel point il ne connaissait qu'une méthode pour régler les problèmes : les ignorer et tuer. Quant à sa stratégie militaire préférée, elle consistait à attirer l'ennemi dans une "kill zone" où la supériorité des soldats irakiens en ferait de la bouillie pour les coyotes du désert.

Enfin, il montre que jusqu'au dernier moment, Saddam a cru qu'il allait sauver son régime et sa peau et s'est comporté comme un trouillard, allant de cache en cache, de préférence près d'un hopital ou d'une ambassade étrangère. Aujourd'hui, il fait le matamore devant le Tribunal mais en avril 2003, il pétait de trouille dans son pantalon de dictateur.

C'est lui faire trop d'honneur que de l'avoir trainé en justice. Saddam Hussein n'est pas Hitler, pas plus qu'il n'est Doenitz ou Jodl. En revanche, l'état de délire mental dans lequel il se trouvait au cours des derniers jours n 'est pas sans rappeler l'absence totale de sens des réalités qui caractérise les derniers mois d'Adolf Hitler dans le bunker de la Chancellerie à Berlin. Hitler au moins avait du courage physique.

0 Comments:

Post a Comment

Links to this post:

Create a Link

<< Home